Accueil > Le laboratoire de tonotopie > parcours 3 : mélodie brève sur voyelle brève d’une syllabe fermée en (...)

parcours 3 : mélodie brève sur voyelle brève d’une syllabe fermée en Thesis

lundi 9 juin 2008, par Emmanuel Lascoux

Nous tenons désormais deux des trois figures mélodiques possibles sur Thesis : l’intensio (I) et l’intensio ascendante (IA). Reste la troisième figure, particulièrement intéressante, d’une voyelle brève en syllabe fermée portant le ton, et placée en Thesis.

Soit nos dix vers de l’Odyssée, chant 9, que nous connaissons maintenant presque par coeur :

9 εἴμ᾽ Ὀδυσεὺς Λαερτιάδης, ὃς πᾶσι δόλοισιν

10 ἀνθρώποισι μέλω, καί μευ κλέος οὐρανὸν ἵκει.

11 ναιετάω δ᾽ Ἰθάκην ἐυδείελον· ἐν δ᾽ ὄρος αὐτῆι

12 Νήριτον εἰνοσίφυλλον, ἀριπρεπές· ἀμφὶ δὲ νῆσοι

13 πολλαὶ ναιετάουσι μάλα σχεδὸν ἀλλήληισι,

14 Δουλίχιόν τε Σάμη τε καὶ ὑλήεσσα Ζάκυνθος.

15 αὐτὴ δὲ χθαμαλὴ πανυπερτάτη εἰν ἁλὶ κεῖται

16 πρὸς ζόφον, αἱ δέ τ᾽ ἄνευθε πρὸς ἠῶ τ᾽ ἠέλιόν τε,

17 τρηχεῖ᾽, ἀλλ᾽ ἀγαθὴ κουροτρόφος· οὔ τοι ἐγώ γε

18 ἧς γαίης δύναμαι γλυκερώτερον ἄλλο ἰδέσθαι.

1) relevons tous les mots intonés sur une voyelle brève en syllabe fermée :

vers 9 ὃς

vers 18 ἰδέσθαι

 [1]

Peu nombreux dans notre passage, ils rappellent la fameuse épithète d’Ulysse, πολύτροπον, dans le prologue de l’Odyssée, chant 1, vers 1, première occurrence de cette figure dans la seconde épopée, tandis qu’il faut attendre le vers 5 du chant 1 de l’Iliade pour la voir apparaître. Comparons en effet :

Ἄνδρα μοι ἔννεπε, μοῦσα, πολύτροπον, ὃς μάλα πολλὰ

et

οἰωνοῖσί τε πᾶσι, Διὸς δ᾽ ἐτελείετο βουλή

Là encore, nous ne nous attarderons pas à rêver sur les relations entre la figure et le mot qu’elle individualise (l’homme et sa ruse, dans l’Odyssée, Zeus et son vouloir, dans l’Iliade...), ni ne spéculerons sur l’identité des places de la figure : juste après la césure T3, sur la Thesis 4.

2) Reprenons notre paire de mots à mélisme bref sur voyelle en syllabe fermée :

vers 9 ὃς

vers 18 ἰδέσθαι

En les replaçant dans leurs vers respectifs, on voit vite lequel n’est pas en Thesis :

vers 9 ὃς se trouve sur l’Arsis du 4ème pied (spondée ici)

3) J’appelle intensio brève (ou droite, notée IB quand elle présente l’oxyton, iB, le baryton) toute voyelle brève intonée en syllabe fermée sur Thesis.

ex : vers 18 ἰδέσθαι

4) Voici des vers isolés du chant I de l’Iliade où Ib apparaît à toutes les positions :

vers 8 τίς τ᾽ ἄρ σφωε θεῶν ἔριδι ξυνέηκε μάχεσθαι ; IB1

vers 599 ἄσβεστος δ᾽ ἄρ᾽ ἐνῶρτο γέλως μακάρεσσι θεοῖσιν IB1

vers 13 λυσόμενός τε θύγατρα φέρων τ᾽ ἀπερείσι᾽ ἄποινα, IB2

vers 225 οἰνοβαρές, κυνὸς ὄμματ᾽ ἔχων, κραδίην δ᾽ ἐλάφοιο, IB2

vers 61 εἰ δὴ ὁμοῦ πόλεμός τε δαμᾶι καὶ λοιμὸς Ἀχαιούς IB3

vers 213 καί ποτέ τοι τρὶς τόσσα παρέσσεται ἀγλαὰ δῶρα IB3

vers 27 ἢ νῦν δηθύνοντ᾽ ἢ ὕστερον αὖτις ἰόντα, IB4

vers 15 χρυσέωι ἀνὰ σκήπτρωι, καὶ λίσσετο πάντας Ἀχαιούς, IB4

vers 23 αἰδεῖσθαί θ᾽ ἱερῆα καὶ ἀγλαὰ δέχθαι ἄποινα· IB5

vers 218 ὅς κε θεοῖς ἐπιπείθηται μάλα τ᾽ ἔκλυον αὐτοῦ. IB5

vers 19 ἐκπέρσαι Πριάμοιο πόλιν, εὖ δ᾽ οἴκαδ᾽ ἱκέσθαι· IB6

vers 38 Κίλλάν τε ζαθέην Τενέδοιό τε ἶφι ἀνάσσεις, IB6

5) Prenons le vers 213 du Chant 1 :

vers 213 καί ποτέ τοι τρὶς τόσσα παρέσσεται ἀγλαὰ δῶρα IB3

il comporte une autre Id, à savoir IB4 :

vers 213 καί ποτέ τοι τρὶς τόσσα παρέσσεται ἀγλαὰ δῶρα IB3+IB4

ainsi qu’une autre voyelle brève intonée en syllabe fermée, mais sur Arsis 2 :

vers 213 καί ποτέ τοι τρὶς τόσσα παρέσσεται ἀγλαὰ δῶρα A2+ IB3+IB4

Or le mimophonisme est très fort dans ce vers bâti sur 3 côla :

- καί ποτέ τοι : allitération en tau, dans τέ intoné sur Arsis 1, puis τοι atone sur Thesis 2
- τρὶς τόσσα παρέσσεται : saturation de la première allitération en tau, secondée par l’allitération en sigma. τρὶς présente tau et sigma sur Arsis 2 intonée (baryton) ; τόσσα présente tau et sigma redoublé sur IB3 ; παρέσσεται présente sigma redoublé sur IB4, et tau sur Arsis 4.
- il suffit de repenser au sens du vers pour entendre l’effet de surenchère dans la multiplication numérique ("trois fois autant" de présents).

6) les métriciens modernes, tout comme les stylistes antiques, se sont penchés sur la question de l’allongement dit "par position". On connaît les témoignages du styliste impérial Denys d’Halicarnasse, dans son traité De la Composition Stylistique sur la préférence traditionnellement accordée en poésie et en prose à l’usage des voyelles longues, signe du sublime et de la "gravité" tant chez les poètes que chez Hérodote par exemple. [2]
Or la phonétique montre facilement le mécanisme du frein consonantique permettant de transformer une syllabe à voyelle brève en syllabe longue. De plus, l’observation de sa distribution chez Homère prouve un savant dosage du procédé.
La voyelle brève en syllabe fermée, qui plus est intonée, constitue sans doute le plus sûr foyer d’intensité accessoire en grec ancien, comparable à l’effet des consonnes aspirées. Sa présence ou non en Thesis modifie considérablement le profil dynamique du vers, et peut servir d’appui sûr au phrasé. Si l’on admet
 [3]
Le verbe ἐχώσατο (IA4) a beau être placé au même endroit que χώσεται, il n’en est pas moins affecté par le dynamisme très particulier du vers.

Dans le second vers, IB1 κρέσσων lance le rythme, comme au vers 64. Mais point de IB3 où venir buter. D’ailleurs iA3 βασιλεὺς ferme nettement le premier hémistiche par la coupe penthémimère, et ce vers-phrase, binaire, a l’aplomb et la généralité d’un proverbe.

8) Voici un dernier exemple des effets de l’intensio droite. Soit la série des vers :

2, 802 Ἕκτορ σοὶ δὲ μάλιστ᾽ ἐπιτέλλομαι, δε δὲ ῥέξαι· IB1 iA2 IA4 I5 IB6

3, 59 Ἕκτορ ἐπεί με κατ᾽ αἶσαν ἐνείκεσας οὐδ᾽ ὑπὲρ αἶσαν· IB1 iA2 I3 IA4 I6

5, 472 Ἕκτορ πῆι δή τοι μένος οἴχεται πρὶν ἔχεσκες ; IB1 I2 IA4 iB5

6, 86 Ἕκτορ ἀτὰρ σὺ πόλιν δὲ μετέρχεο, εἰπὲ δ᾽ ἔπειτα IB1 i2 IA4

6, 382 Ἕκτορ ἐπεὶ μάλ᾽ ἄνωγας ἀληθέα μυθήσασθαι, IB1 iA2

6, 429 Ἕκτορ ἀτὰρ σύ μοί ἐσσι πατὴρ καὶ πότνια μήτηρ IB1 i2 iA4 IB5 IA6

7, 47 Ἕκτορ υἱὲ Πριάμοιο Διὶ μῆτιν ἀτάλαντε IB1 iB2 i4

7, 226 Ἕκτορ νῦν μὲν δὴ σάφα εἴσεαι οἰόθεν οἶος IB1 I2 iA3 IA4 I6

10, 319 Ἕκτορ ἔμ᾽ ὀτρύνει κραδίη καὶ θυμὸς ἀγήνωρ IB1 IA6

11, 523 Ἕκτορ νῶϊ μὲν ἐνθάδ᾽ ὁμιλέομεν Δαναοῖσιν IB1 I2 I6

12, 61 Ἕκτορ τ᾽ ἠδ᾽ ἄλλοι Τρώων ἀγοὶ ἠδ᾽ ἐπικούρων IB1 IA6

12, 211 Ἕκτορ ἀεὶ μέν πώς μοι ἐπιπλήσσεις ἀγορῆισιν IB1 iA2 IA3 I6

13, 726 Ἕκτορ ἀμήχανός ἐσσι παραρρητοῖσι πιθέσθαι. IB1 IA2 I5 IB6

13, 775 Ἕκτορ ἐπεί τοι θυμὸς ἀναίτιον αἰτιάασθαι, IB1 IA2 IA4

15, 244 Ἕκτορ υἱὲ Πριάμοιο, τί δὲ σὺ νόσφιν ἀπ᾽ ἄλλων IB1 iB2 iA4 IB5 IA6

16, 538 Ἕκτορ νῦν δὴ πάγχυ λελασμένος εἰς ἐπικούρων, IB1 I2 I3 IA6

16, 721 Ἕκτορ τίπτε μάχης ἀποπαύεαι ; οὐδέ τί σε χρή. IB1 IB2 IA4

17, 75 Ἕκτορ νῦν σὺ μὲν δε θέεις ἀκίχητα διώκων IB1 I2 I3 IA6

17, 142 Ἕκτορ εἶδος ἄριστε μάχης ἄρα πολλὸν ἐδεύεο. IB1 I2 IA6

17, 586 Ἕκτορ τίς κέ σ᾽ ἔτ᾽ ἄλλος Ἀχαιῶν ταρβήσειεν IB1 IB2 I3

20, 376 Ἕκτορ μηκέτι πάμπαν Ἀχιλλῆϊ προμάχιζε, IB1 I3

22, 38 Ἕκτορ μή μοι μίμνε φίλον τέκος ἀνέρα τοῦτον IB1 IA2 I3 I6

22, 82 Ἕκτορ τέκνον ἐμὸν τάδε τ᾽ αἴδεο καί μ᾽ ἐλέησον IB1 IB2 i3 IA4 IA5

22, 261 Ἕκτορ μή μοι ἄλαστε συνημοσύνας ἀγόρευε· IB1 IA2

22, 331 Ἕκτορ ἀτάρ που ἔφης Πατροκλῆ᾽ ἐξεναρίζων IB1 IB6

22, 477 Ἕκτορ ἐγὼ δύστηνος· ἰῆι ἄρα γεινόμεθ᾽ αἴσηι IB1 iA2 I4 IA6

24, 742 Ἕκτορ· ἐμοὶ δὲ μάλιστα λελείψεται ἄλγεα λυγρά. IB1 iA2 IA4 IA5

24, 748 Ἕκτορ ἐμῶι θυμῶι πάντων πολὺ φίλτατε παίδων, IB1 I2 I3 IA5 IA6

Il s’agit du paradigme des vers lancés par le vocatif du nom propre Hector. [4] L’intérêt du vocatif pour notre recherche, est qu’il oblige à une intensification de la voix dans l’appel. C’est donc un bon marqueur pour mesurer ses échos intrastichiques. De plus, le nom est forcément isolé par une césure trochaïque première forte, au point qu’en 24, 742 par exemple, le vocatif est en rejet du vers précédent, et une nouvelle phrase commence après lui.

Nous avons volontairement souligné et noté tous les types d’intensio, pour mieux entendre les variations et réponses.

9) Classons ces vers en ordre croissant du nombre d’intensiones

- voici les vers à 2 intensiones (dont notre IB1) :

6, 382 Ἕκτορ ἐπεὶ μάλ᾽ ἄνωγας ἀληθέα μυθήσασθαι, IB1 iA2

10, 319 Ἕκτορ ἔμ᾽ ὀτρύνει κραδίη καὶ θυμὸς ἀγήνωρ IB1 IA6

12, 61 Ἕκτορ τ᾽ ἠδ᾽ ἄλλοι Τρώων ἀγοὶ ἠδ᾽ ἐπικούρων IB1 IA6

20, 376 Ἕκτορ μηκέτι πάμπαν Ἀχιλλῆϊ προμάχιζε, IB1 I3

22, 261 Ἕκτορ μή μοι ἄλαστε συνημοσύνας ἀγόρευε· IB1 IA2

- voici les vers à 3 intensiones :

6, 86 Ἕκτορ ἀτὰρ σὺ πόλιν δὲ μετέρχεο, εἰπὲ δ᾽ ἔπειτα IB1 i2 IA4

11, 523 Ἕκτορ νῶϊ μὲν ἐνθάδ᾽ ὁμιλέομεν Δαναοῖσιν IB1 I2 I6

13, 775 Ἕκτορ ἐπεί τοι θυμὸς ἀναίτιον αἰτιάασθαι, IB1 IA2 IA4

16, 721 Ἕκτορ τίπτε μάχης ἀποπαύεαι ; οὐδέ τί σε χρή. IB1 IB2 IA4

17, 142 Ἕκτορ εἶδος ἄριστε μάχης ἄρα πολλὸν ἐδεύεο. IB1 I2 IA6

17, 586 Ἕκτορ τίς κέ σ᾽ ἔτ᾽ ἄλλος Ἀχαιῶν ταρβήσειεν IB1 IB2 I3

22, 331 Ἕκτορ ἀτάρ που ἔφης Πατροκλῆ᾽ ἐξεναρίζων IB1 I2 IB6

- voici les vers à 4 intensiones :

5, 472 Ἕκτορ πῆι δή τοι μένος οἴχεται πρὶν ἔχεσκες ; IB1 I2 IA4 iB5

12, 211 Ἕκτορ ἀεὶ μέν πώς μοι ἐπιπλήσσεις ἀγορῆισιν IB1 iA2 IA3 I6

13, 726 Ἕκτορ ἀμήχανός ἐσσι παραρρητοῖσι πιθέσθαι. IB1 IA2 I5 IB6

16, 538 Ἕκτορ νῦν δὴ πάγχυ λελασμένος εἰς ἐπικούρων, IB1 I2 I3 IA6

17, 75 Ἕκτορ νῦν σὺ μὲν δε θέεις ἀκίχητα διώκων IB1 I2 I3 IA6

22, 38 Ἕκτορ μή μοι μίμνε φίλον τέκος ἀνέρα τοῦτον IB1 IA2 I3 I6

2, 477 Ἕκτορ ἐγὼ δύστηνος· ἰῆι ἄρα γεινόμεθ᾽ αἴσηι IB1 iA2 I4 IA6

24, 742 Ἕκτορ· ἐμοὶ δὲ μάλιστα λελείψεται ἄλγεα λυγρά. IB1 iA2 IA4 IA5

- voici enfin les vers à 5 intensiones :

2, 802 Ἕκτορ σοὶ δὲ μάλιστ᾽ ἐπιτέλλομαι, δε δὲ ῥέξαι· IB1 iA2 IA4 I5 IB6

3, 59 Ἕκτορ ἐπεί με κατ᾽ αἶσαν ἐνείκεσας οὐδ᾽ ὑπὲρ αἶσαν· IB1 iA2 I3 IA4 I6

6, 429 Ἕκτορ ἀτὰρ σύ μοί ἐσσι πατὴρ καὶ πότνια μήτηρ IB1 i2 iA4 IB5 IA6

7, 226 Ἕκτορ νῦν μὲν δὴ σάφα εἴσεαι οἰόθεν οἶος IB1 I2 iA3 IA4 I6

15, 244 Ἕκτορ υἱὲ Πριάμοιο, τί δὲ σὺ νόσφιν ἀπ᾽ ἄλλων IB1 iB2 iA4 IB5 IA6

22, 82 Ἕκτορ τέκνον ἐμὸν τάδε τ᾽ αἴδεο καί μ᾽ ἐλέησον IB1 IB2 i3 IA4 IA5

24, 748 Ἕκτορ ἐμῶι θυμῶι πάντων πολὺ φίλτατε παίδων, IB1 I2 I3 IA5 IA6

10) Examinons la dernière série, celle des vers à 5 intensiones :

2, 802 Ἕκτορ σοὶ δὲ μάλιστ᾽ ἐπιτέλλομαι, δε δὲ ῥέξαι· IB1 iA2 IA4 I5 IB6

Ce premier vers est encadré par deux IB, IB1 et IB6. C’est un vers d’injonction, charpenté par le vocatif et l’impératif d’action.
Au centre, deux mélodies ascendantes, en progression de iA2 (monosyllabe σοὶ pronom personnel au datif) au vaste présent de commentaire IA4 ἐπιτέλλομαι. Et en clausule, le 3ème côlon chante l’adverbe I5 δε avant de marquer plus rudement IB6 ῥέξαι·

3, 59 Ἕκτορ ἐπεί με κατ᾽ αἶσαν ἐνείκεσας οὐδ᾽ ὑπὲρ αἶσαν· IB1 IA2 I3 IA4 I6

Formule célèbre par laquelle son frère Alexandre fait acte de contrition devant lui. La posture du repentir se sent à cette longue incise causale, et jusqu’au balancement de la tête baissée dans la variation I3-I6 κατ᾽ αἶσαν/ὑπὲρ αἶσαν. Détail ornemental aussi intéressant, la symétrie IA2-IA4 où ἐπεί με κατ᾽ prépare ἐνείκεσας, sur le même mélisme ascendant, et cela grâce à l’enclise ἐπεί με, qui permet au ton normalement baryton de remonter en oxyton.

6, 429 Ἕκτορ ἀτὰρ σύ μοί ἐσσι πατὴρ καὶ πότνια μήτηρ IB1 i2 iA4 IB5 IA6

Vers encore plus célèbre que le précédent, puisqu’il concentre tout le pathos d’Andromaque, et la valeur d’Hector : construite sur un modèle syntaxique semblable au précédent, la supplication valorise le dernier côlon en une gradation efficace d’intensiones. Remarquons d’abord que la redondance initiale Ἕκτορ ἀτὰρ (IB1 + i2) prépare πατὴρ (iA4). Voilà bien un cas où la césure hephthémimère donne du "jeu" à l’interprète : essayons de faire une pause après πατὴρ, et il faudra alors relever le baryton (réaliser IA4) ; si l’on préfère conserver soudés "père et vénérable mère", on sentira l’importance de l’intensio ascendante finale (IA6) sur μήτηρ. Car le concetto réside bien dans le dernier attribut, inattendu. D’où l’intérêt de l’épithète πότνια ici, relais IB5 du vocatif IB1 Ἕκτορ, et sorte de réceptacle sonore de phénomènes divers, tels l’assonance en omicron qui traverse Ἕκτορ et μοί et la variation πατ-πότ.

7, 226 Ἕκτορ νῦν μὲν δὴ σάφα εἴσεαι οἰόθεν οἶος IB1 I2 iA3 IA4 I6

on retrouve, dans ce vers très vocalique à alternance de timbre alpha/omicron, le chiasme I-IA-IA-I. Les mots courts (monosyllabe νῦν et trochée οἶος) enserrent les mots longs (la paire dactylique εἴσεαι οἰόθεν). Mais c’est le verbe
εἴσεαι, vrai centre décalé du vers (IA4 sur diérèse bucolique) qui lance la voix vers l’aigu.

15, 244 Ἕκτορ υἱὲ Πριάμοιο, τί δὲ σὺ νόσφιν ἀπ᾽ ἄλλων IB1 iB2 iA4 IB5 IA6

Au contraire des précédents, ce vers n’isole pas le vocatif en tête, mais le leste de sa longue épithète de filiation. Vers plus équilibré donc, mais seulement en apparence : une paire de Id dans le premier hémistiche, à laquelle répond IB5 νόσφιν ("à l’écart") mot porteur du sens de la question. De plus, la paire elle-même n’a rien de fluide : en vertu de la correptio epica, le groupe Πρ allonge ici la voyelle brève finale de υἱὲ, en un υἱὲ Π- plus qu’abrupt, comme si "le fils tombait sur le père"...En contrepoids, le chiasme iA4-IA6 ramène un semblant d’équilibre.

22, 82 Ἕκτορ τέκνον ἐμὸν τάδε τ᾽ αἴδεο καί μ᾽ ἐλέησον IB1 IB2 i3 IA4 IA5

Moins rude, dans la bouche implorante d’Hécube, sonne la paire Ib1+Ib2 Ἕκτορ τέκνον : la succession occlusive+nasale l’explique (κν) ainsi que l’écholalie d’une quasi-anagramme. Enfin, le possessif ἐμὸν, homéoptote de même vocalisme, nous donne le troisième appui i3 sur omicron, quand les deux intensiones précédentes chantaient epsilon. Le second hémistiche est lui aussi redondant, τάδε τ᾽ αἴδεο καί (IA4 IA5), tandis que le dernier membre μ᾽ ἐλέησον rappelle les timbres initiaux epsilon/omicron.

24, 748 Ἕκτορ ἐμῶι θυμῶι πάντων πολὺ φίλτατε παίδων, IB1 I2 I3 IA5 IA6

Entonnant le thrên final, c’est encore Hécube que l’on entend ici dans cette longue épiclèse, gémie presque sans pause. Ce vers se signale par une métrique singulière : DSSSDD. Le spondée 4ème est amené par les très lourdes I2 et I3 (ἐμῶι θυμῶι), et consonne avec elles (πάντων poursuit l’assonance en oméga). Pourtant, IA4 est évitée, car le mélisme ascendant de πάντων porte sur Arsis 3. En revanche, par un rétablissement auquel l’écoute tonotopique rend vite familier, πάντων, vrai pivot du vers, inaugure une série d’homéocatarctes en pi : πάντων πολὺ φίλτατε παίδων [5] Le rapport πάντων / παίδων est une belle illustration de remapping.

L’intensio brève n’a donc pas fini de nous étonner, et si Homère en est par force le premier virtuose connu, il n’en est, comme de toutes autres figures mélo-rythmiques, pas le seul.


[1nous laissons volontairement de côté la préposition πρὸς à l’initiale du vers 16, en vertu de la suspicion qui porte sur ce baryton, sans doute purement graphique, voir parcours 2, section 1 et note 1.

[2Bien lu (donc dans ses obsessions, ses hésitations et ses silences) ce traité suffit à lui seul à prouver que la tonotopie reflète ce que l’oreille antique entendait par le mélos logôdes. Bien des fois Denys est sur le point de nous livrer une analyse tonale aussi suggestive que ses analyses rythmiques ou phonétiques.

[3voir ma réponse à l’article de Philippe Brunet sur le "Temps marqué",[http://homeros.fr/spip.php?article19] l’idée que l’intensité peut dépendre d’abord du matériau phonétique lui-même, le staccato inévitablement provoqué par la syllabe fermée est encore souligné si elle porte le ton. Mais cette "note piquée" a l’intérêt paradoxal d’être presque inchantable !

Prononçons à un tempo très lent le premier vers de l’Odyssée, comme Philippe Brunet aime à le faire attendre, et l’on entendra la ruse des "mille ruses"...

7) Prenons au chant 1 de l’Iliade les deux exemples suivants, pourtant bâtis sur la même "formule", pour reprendre une expression consacrée depuis Milmann Parry, mais que la tonotopie, comme toute autre exploration fine des micro-variations homériques, finit par vider de son contenu "mécaniste" et "homogénéisant" :

vers 64 ὅς κ᾽ εἴποι ὅ τι τόσσον ἐχώσατο Φοῖβος Ἀπόλλων IB1+IB3

vers 80 κρέσσων γὰρ βασιλεὺς ὅτε χώσεται ἀνδρὶ χέρηϊ· IB1

Le premier vers comporte 3 côla dont les deux premiers s’opposent au dernier : IB1 et IB3 enserrent un mélos perturbé ( κ᾽ εἴ sur Arsis 1 et ὅ τι sur Arsis 2), tandis que le groupe épithète+nom du dieu Apollon s’étale, ronflant de toutes ses diphtongue+sonante+voyelle longue (Φοῖ- I5+-πόλ- IA6 +-λων catalexe hyperlongue). [[on appelle une syllabe hyperlongue, ou hupermoron, celle qui comporte plus qu’un élément vocalique long

[4J’ai mené assez loin dans mes Recherches sur l’intonation homérique l’étude parallèle des mélodies et des places contraires des deux noms propres antagonistes du poème, Hector et Achille.

[5il faut y inclure φίλτατε, dont l’initiale est un pi aspiré en phi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.