Accueil > La traduction métrique des classiques > L’Aurore doigts-de-rose

L’Aurore doigts-de-rose

samedi 13 décembre 2008, par Philippe Brunet

Comment traduire l’épithète de l’Aurore ?

Il est, dans l’Iliade, un vers qui intervient deux fois, contre une vingtaine de fois dans l’Odyssée. Il dit le lever de l’Aurore. L’épithète traditionnelle veut "aux doigts de rose". La première traduction disait :

Lorsque parut, matinale, l’Aurore aux doigts de rose.....

Ce vers est simple, équilibré, et conserve la traduction traditionnelle de l’épithète. Il possède un bon élan dactylique jusqu’au mot "Aurore". Après, le rythme devient binaire dans "l’épithète", ce qui ralentit la lecture, ou l’affaiblit. Une autre traduction finit par s’imposer :

Lorsque, matinale, l’Aurore parut, doigts-de-rose...

Le rythme, au début du vers, est binaire et plus complexe, puisqu’il faut renforcer un appui secondaire sur la première syllabe de "matinale". L’épithète composée porte à distance sur le nom. Le nom, au centre, trône entre les deux adjectifs. Les deux versions existent. L’aède choisit ou en propose une troisième...

Par exemple, parfois la première version s’infléchissait ; le début changeait et devenait :

Lorsqu’au matin parut...

A suivre....

Ph. B.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.