Accueil > Théâtre, scène, performance > Les Dionysies 4e édition - Du 21 au 29 mars 2009

Paris, Réfectoire des Cordeliers

Les Dionysies 4e édition - Du 21 au 29 mars 2009

Voix anciennes pour aujourd’hui. Les Dionysies offrent un espace de création, de mémoire, et de vie aux amoureux du verbe antique.

mercredi 11 février 2009

DIONYSIES 2009, festival de théâtre antique à Paris

VOIX SACRÉES, LANGUES ENFOUIES

Réfectoire des Cordeliers, 15 rue de l’Ecole de Médecine

Du 21 au 29 mars 2009


www.dionysies.org

contact@dionysies.org

Contact réservations, presse 01 40 46 32 83

Passeport festival 50 euros / étud. 30 euros

Passeport journalier 20 euros / étud. 10 euros

Prix de chaque spectacle 15 euros / 6 euros

Matinées scolaires, 8 euros

Contact pro 06 87 35 57 71

JPEG - 28.4 ko
Lyre de Démodocos
Photo Catherine Peillon

Samedi 21 mars 2009 Ouverture des Dionysies

19h Appel aux Muses

Ouverture des Dionysies , par les compagnies

Appeler les Muses, pour les rendre propices, et attirer sur les Dionysies la faveur des dieux concernés....

20h Les Mille lunes de Sappho , par Oum-Hani Chkounda, création vocale à partir du grec ancien de Sappho, projet présenté par la cie Démodocos

De la rencontre entre une chanteuse lyrique et un helléniste est née l’idée de faire renaître le verbe de Sappho dans une libre création vocale et musicale.

Rencontre autour d’un verre avec le public et les artistes

Dimanche 22 mars

15h Les Perses d’Eschyle, Cie Démodocos et Atelier Choeur antique de la Sorbonne, traduction Guillaume Boussard, Yann Migoubert et Aymeric Münch, mise en scène Philippe Brunet, musique Jean-Baptiste Apéré, direction musicale François Cam, costumes Anahita Bathaïe.

Avec Yohann Grandsire, Agnès Cance, Rebecca Lefèvre, Aymeric Münch, Guillaume Boussard, François Cam et le choeur : Louise Akili, Laure Barbotte, Sahra Bernard, Soofi Chakhmaghi, Sofia-Marianthi Chalkiadaki, Alexis Crouzil, Clémence Drouet, Alison Duffy, Bastien Fontanille, Bérenger Hainaut, Violette (Xiaoli) Hu, Laura Kolbecher, Elise Loiseau, Carole Martin, Laura Martin, Marie-Angélique Mennecier, Mathilde Opinel, Gilles de Rosny, Joohoon Shin, Susie Vussbaumer.

La défaite perse de 480 avant l’ère chrétienne. Le désastre et la douleur sublimes du peuple perse. L’horreur de la guerre. Reprise du spectacle créé en 2001 par la cie Démodocos, avec la plupart des interprètes que Jean Rouch avait filmés dans son dernier film Le rêve plus fort que la mort (AMIP 2002).

Le spectacle sera repris dans le théâtre romain d’Argentomagus les 24 et 25 juillet 2009, au festival des Milliaires.

18h Chants sacrés des trois cultures (musulmane, chrétienne et juive) par Anass Habib

Un jeune chanteur à la voix envoûtante, bien connu du monde de la culture soufie, venu tout spécialement de Fès pour les Dionysies 2009.

20h30 Oedipe roi de Sophocle (Compagnie Artepo) ; scénographie Klaus Speidel, costumes Liliana Padilla, composition musicale Hervé Lesage de la Haye, percussions Simon Dagois-Bohy, lumières Lionel Vidal, masques Pierangelo et Sara Summa, mise en scène Miquel Oliu Barton, dramaturgie : Julie Roux, traduction et collaboration Jean et Mayotte Bollack, collaboration spéciale : Lionel Parlier et Laure Petit.

Avec Stanislas Roquette, Hervé de La Haye, Denis Guénoun, Béranger Crain,
Miquel Oliu Barton, Julie Roux, Hervé Charton, Julien Prévost.

Choeur : Mathilde Brémond, Hervé Charton, Magali Cheynet, Béranger Crain, Simon
Dagois-Bohy, Sylvain Gugger, Emmanuel Jacob, Lucie Kirchner, Sibylle Lesourd,
Eloïse Letellier, Juliette Séjourné, Julie Simonneau.

L’incessant questionnement d’Oedipe, avec cette soif de savoir qu’il a, et son amour pour la parole (il a vaincu la Sphinge avec un mot !), et pour sa ville, sa femme, ses enfants !, entraînent quiconque s’attaque/s’attache à Oedipe Roi dans une dynamique exigeante et positive : interroger le sens, par la raison, mais aussi par le corps, avec humour, bonne humeur, et la rigueur et sacralité des anciens. La collaboration avec les traducteurs, Jean et Mayotte Bollack, est une chance exceptionnelle.

Spectacle créé aux Dionysies 2008.

23h Café Ouzo, lectures, débats

Lundi 23 mars

15h Homère par mots et par gestes (en grec ancien et langue des signes), avec Olivier Schétrit et Philippe Brunet ; projet proposé par Brigitte Baumie.

Grec ancien et LSF, le rapprochement peut paraître étrange.

Mais pour nous, le défi et l’intérêt de ce projet sont justement de confronter ces deux langues. L’une orale, l’autre gestuelle, toutes deux magnifiques et toutes deux méconnues, chacune pratiquée par des groupes de personnes spécifiques et toutes deux en danger de disparition, laminées par l’uniformisation de la culture et la "rentabilité".

"Homère par mots et par gestes" représente une volonté de rendre accessible au public sourd un pan de notre culture qui lui reste la plupart du temps inconnu et aussi de provoquer des rencontres entre personnes sourdes et entendantes, de faire découvrir aux uns et aux autres des mondes qu’ils ne soupçonnaient peut-être pas.

C’est aussi une réflexion sur la traduction, l’interprétation, le passage d’un texte d’une culture à une autre, d’un mode d’expression à un autre. Comment rendre par gestes l’élan de la voix, le rythme de la prosodie, le chant d’un poème ?

Philippe Brunet met en scène le spectacle et dit le texte d’Homère en grec.

Olivier Schétrit, acteur et conteur sourd, interprète le texte en LSF.

Distribution en cours.

La traduction en LSF est réalisée par Olivier Schétrit et les acteurs sourds en collaboration avec Igor Casas, étudiant interprète en LSF, Philippe Brunet et Brigitte Baumie.

La direction artistique et la production du spectacle sont assurées par Brigitte Baumié et Arts Résonances.

20h Les lamentations d’Hécube , extraits des Troyennes d’Euripide, avec Annie Bastide-Blazy, Compagnie Melocotone

« Une génération assiste au sac de Rome, une autre au siège de Paris, ou à celui de Stalingrad, une autre au pillage du Palais d’été : la prise de Troie unifie en une seule image cette série d’instantanés tragiques, foyer central d’un incendie qui fait rage sur l’histoire, et la lamentation de toutes les vieilles mères que la chronique n’a pas eu le temps d’écouter crier trouve une voix dans la bouche édentée d’Hécube . »

Cette note de Marguerite Yourcenar empruntée à « En pèlerin et en étranger » éclaire la proposition de faire entendre la voix seule d’Hécube portant la douleur de toutes les femmes et de toutes les mères écrasées par les guerres et leurs violences meurtrières.

21h Les Perses d’Eschyle, cie Démodocos et atelier de l’Université Paris-Sorbonne

23h Café Ouzo

Mardi 24 mars

10h Matinée scolaire, conférence-atelier-spectacle Antigone

Initiation au théâtre antique : dramaturgie, chant, grec, scansion en français, travail corporel, masque, drapé (sur réservation)

20h Les trois bagues , chant sacré dans les trois traditions, par Karoline Zaidline

Karoline Zaidline, chanteuse lyrique, s’intéresse au chant sacré issu des cultures méditerranéennes. Chanteuse à la voix profonde spécialiste des musiques juives, ayant participé a plusieurs festivals d’Art sacré à Fez en 2000 pour les chants hassidiques, Tunis, Venise, Calvi, Perpignan, Nantes, abbaye du Thoronet, Amsterdam, Liège, Radio France..., elle a aussi joué dans l’Iliade, Antigone et Erechthée pour la compagnie Démodocos.

21h Les Perses

23h café Ouzo

Mercredi 25 mars

15h Antigone de Sophocle, par la cie Démodocos et l’atelier théâtre antique de l’Université de Rouen, avec Nicolas Lakshmanan, Florence Phalempin-Galinat, Fantine Cavé, Henrri de Sabates, Benoit Sarels et Jacques-Olivier Ledard ; mise en scène de Philippe Brunet, musique de François Cam

La 4e année que la compagnie Démodocos transforme sa mise en scène d’Antigone, articulant le conflit éternel de Créon et d’Antigone, du politique et de la mémoire, du français et du grec ancien. La tragédie dionysiaque de Sophocle : le Choeur des Vieillards y célèbre la toute-puissance de l’homme, l’omniprésence du désir, la force du dieu du théâtre, et le partage des règnes : on saurait mélanger impunément les vivants et les morts.

17h Odyssée V , solo de danse contemporaine inspiré du chant V de l’Odyssée, créé et interprété par Edouard Felsenheld. Comment Ulysse quitte l’île de Calypso, essuie la colère de Poseidon et parvient, non sans peine, chez les Phéaciens.

17h15 Le Cyclope, jeu théâtral tiré de l’Odyssée d’Homère par la cie Démodocos, avec Philippe Brunet, Nicolas Lakshmanan, Jacques-Olivier Ledard, Florence Phalempin-Galinat, Henrri de Sabates

JPEG - 7.9 ko
Cyclope lisant

Une Muse, un aède, et trois compères qui s’éprennent du très vieux récit d’Homère : le plus célèbre épisode des voyages d’Ulysse.

Comment dire, comment jouer un texte d’avant le théâtre ? Un texte cocasse, grotesque, amer, et même cruel, aux confins de la civilisation et de la barbarie...

19h Soirée et fête romaine

Trois aèdes-poètes-traducteurs de la galaxie Démodocos réveillent les énergies qui sommeillaient dans les textes poussiéreux de nos bibliothèques. Le verbe latin, ainsi remis en voix, est saisissant. Et la langue française qui transpose le rythme du latin est infiniment savoureuse...

Invocation aux Muses, 4e Bucolique par Nicolas Lakshmanan

Le chant de la terre, 2e Géorgique de Virgile, par Aymeric Münch

Virgile a décide de chanter les vignes et les arbres dans son deuxième chant. Il s’étend sur la merveilleuse diversité de la nature et des culture, va jusqu’à évoquer les arbres des confins du monde connu, mais revient sur sa chère Italie qu’il présente avec les caractéristiques de l’âge d’or. Il profite de la noblesse de son propos pour rappeler ses maîtres : César Auguste, qui a ramené la paix en Italie après tant d’années de ravages et Hésiode, le poète d’Ascra, dont il reprend le projet des Travaux et les Jours.

Hymne à la matière , extraits du De Natura Rerum de Lucrèce, par Guillaume Boussard et Battan l’Otto.

Que se passe-t-il quand on provoque la rencontre de deux matériaux hautement explosifs ? Dans les hexamètres latins de Lucrèce et français de Guillaume Boussard, la pensée révolutionnaire d’Epicure télescope les chants de travail, de lutte et d’amour du peuple d’Italie méridionale. Battan l’Otto, collectif rouennais résolument contemporain, revivifie des traditions populaires en voie d’extinction ; Guillaume Boussard, membre de Démodocos depuis 1997, s’est lancé dans la traduction mesurée de Lucrèce. On entendra ce soir les premiers extraits de ce travail en cours.

21h Sacre du cristal . Avec Frédéric Nogray aux bols chantants et Oum-Hani Chkounda au chant cristal.

Une expérience d’harmonie éprouvée dans la vibration des éléments.

23h café Chianti

Jeudi 26 mars

10h Matinée scolaire, conférence-atelier-spectacle Antigone

Initiation au théâtre antique : dramaturgie, chant, grec, scansion en français, travail corporel, masque, drapé (sur réservation)

14h Table-ronde : Langues enfouies, langues interdites (Entrée libre)

Avec

* Marie Formarier, Lisez-vous Cicéron ?

Cicéron peut nous aider à décrypter les discours politiques d’aujourd’hui : le choix stylistique (notamment entre style incisif et style périodique) reflète et exprime la stratégie persuasive de l’orateur (en particulier l’utilisation des émotions de l’auditoire).

Petite synthèse de la théorie cicéronienne, projection, écoute et analyse de courts extraits de discours de France et d’ailleurs.

* Emmanuel Lascoux, L’engastrimuthe (Platon ventriloque homériste)

"Comme toute voix, la voix grecque est ventriloque : Platon est l’engastrimuthe de Socrate, lui-même engastrimuthe de Pindare, d’Euripide, etc...et surtout des Sophistes. Et tous engastrimuthes d’Homère, le premier ventriloque connu, lequel fait tout parler, et les fait donc tous parler même après lui. Et Zeus sait s’il les fait parler, et s’il nous fait encore parler !"

* Véronique Pillon, Frédéric Billiet et Cédric Clément, Un festival de théâtre antique au bord de la Creuse

En 2007, entre Berry et Poitou, le long de la voie romaine d’Argenton à Poitiers, le festival des Milliaires, dédié au théâtre antique, a vu le jour. Ses créateurs nous font part de leurs expériences et de leurs projets.

* Gilles de Rosny, Présentation du logiciel Scande&Chante

Pour chacun des vers de l’Iliade et de l’Odyssée, les syllabes sont repérées, la structure hexamétrique (dactyles et spondées) est déterminée, la durée précise et la hauteur tonale de chaque syllabe sont codées à l’aide de caractères d’allure "musicale" créés à cet effet. La nature des intermots est déterminée en fonction de leur aptitude à constituer une césure. Le "rythme" du vers est caractérisé suivant la théorie tonotopique d’Emmanuel Lascoux. Les résultats de l’analyse sont accessibles en ligne (http://www.homeros.fr).

* Café homérique, Lecture et scansion d’une page du manuscrit de l’Iliade (Adieux d’Hector et d’Andromaque), et lecture à plusieurs voix en traduction

Le "Café homérique" consiste en une rencontre mensuelle ouverte à tous, un samedi de 10h à 12h dans un restaurant du Quartier Latin, pour étudier, scander, traduire Homère.

19h Les Troyennes, d’après Euripide, avec Sara Llorca et Estelle Meyer, adaptation et mise en scène de Denis Llorca


21h Iphigénie à Aulis, d’Euripide, par la cie Dernier Geste


Vendredi 27 mars

19h Le Cyclope d’Homère (Cie Démodocos)

21h Antigone (Cie Démodocos)

23h Café Ouzo

Samedi 28 mars

16h Les mille lunes de Sappho (Oum-Hani Chkounda)

18h Un coup de dés jamais n’abolira le hasard , de Stéphane Mallarmé (Les Aléas)

Voix : Leyla Bouazza, Karine Laleu, Maxime Larcher, Sofia Laznik-Galves ; Flûte : Julia Baby ; Alto : Juliette Riandey ; Bandonéon : Luc Baby ; Coordination du Hasard et voix : Frédéric Ligier

A l’écume du vers, quelques sons... Comédiens et musiciens en écoute. Un texte de Mallarmé aux contours sans limites. Le Hasard joue la partie qui s’improvise. Retour à des sources rêvées ? Peut-être ?
"Toute Pensée émet un Coup de Dés."

21h Soirée grecque, avec démonstration de danses par le Lykeo Ellenidon

Dimanche 29 mars

15h Un coup de dés jamais n’abolira le hasard (Les Aléas)

16h Oedipe roi (cie Artepo)

18h Chant Soufi et Les trois bagues , avec Anass Habib et Karoline Zaidline

Pôt de clôture

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.