Accueil > Positions sur le vers grec > Ricochet 2

Ricochet 2

jeudi 15 mai 2008

Le vers attaque, le ton monte, le vers avance, le ton remonte, le vers monte, le ton descend, le vers finit, le ton s’élève. Silence. Le vers repart, le ton hésite, le vers s’arrête, le ton s’élance, le ton se couche, le vers reprend, le vers s’éteint. Le temps déroule, le ton enroule. Le grec avance en reculant. Le grec monte en descendant.
Ou imaginez que les théores portent chacun une large kylix emplie d’un vin mêlé : à chaque pas, selon l’élan et la force, la coupe avance et fait refluer le vin. Un pas sec, un sautillé, et naît le paroxyton d’une goutte en arrière ; un pas lent, chaloupé, et tout le vase incline son plan liquide sur longue redressée ; un pas ample, et l’onde périspomène réplique en surface le séisme. Un arrêt net ? La goutte légère part en avant, libre inertie de l’oxyton.

Oui, mais imaginez tout cela...sur la lune !