Accueil > La traduction métrique des classiques > Bibliographie en cours sur l’hexamètre en français

Bibliographie en cours sur l’hexamètre en français

ou plus précisément sur "l’hexamètre français"

mercredi 7 août 2013, par Philippe Brunet

Voici quelques éléments de bibliographie non exhaustifs pour situer le travail de traduction accompli sur l’Iliade (Seuil 2010, Point Seuil 2012), et évoquer sa réception en France et dans les pays francophones, tandis que sont en cours des traductions métriques de l’Odyssée (plusieurs chants dits et mis en scène entre 1995 et 2013 par nos soins), de Virgile, Géorgiques par Aymeric Münch, et de Lucrèce, La nature des choses, par Guillaume Boussard, sans parler ici des traductions du théâtre, publiées aux éditions du relief (Antigone, traduit par Ph. B., Perses d’Eschyle, traduit par G. Boussard, Y. Migoubert et A. Münch) ou jouées par la compagnie Démodocos (Agamemnon d’Eschyle, traduit par G. Boussard, Choéphores, traduit par G. Boussard et Ph. B., Euménides, traduit par Aymeric Munch, Bacchantes d’Euripide, traduit par Ph. B., Amphitryon de Plaute, traduit par Nicolas Lakshmanan).

Dossier bibliographique sur l’épopée en traduction :

Sur la traduction métrique :

Efim Etkind, Un art en crise. Essai de critique de la traduction poétique, L’Age d’Homme 1982.

Ph. Brunet, La naissance de la littérature dans la Grèce ancienne, LGF 1997.

Ph. Brunet, « Traduire en hexamètres, redire Homère », La retraduction (dir. R. Kahn, C. Seth), Rouen-Le Havre, 2010, p.243-51.

Ph. Brunet, « La voix et le geste au pouls de la Muse », p.141-54, Approches, n°150, juin 2012.

L’épopée en traduction métrique :

André Markowicz, Le livre de Catulle, L’Age d’Homme, 1985.

Hésiode, La Théogonie. Les Travaux et les jours et autres poèmes, trad. du grec par Ph. Brunet, Le Livre de Poche 1999.

La Batrachomyomachie d’Homère, texte établi par Y. Migoubert et traduit du grec par Ph. Brunet, Allia 1998.

Homère, L’Iliade, trad. Ph. Brunet, Seuil 2010, Point Seuil 2012.

Autour de la publication écrite et orale de l’Iliade :

« Le temps suspendu de l’Iliade », entretien avec Ph. B., par Marella Nappi et Jean-François Puff, p.75-85, Geste, n°4, 2007.

« L’épopée, c’est la voix », entretien avec Ph. B. par Guy Belzane, TDC n°999, 2010, p.20-21.

« Les colonnes d’Homère », par Charles Ficat, p.72-77 ; et entretien avec Ph. B., « L’Iliade, une nouvelle parole épique », p.78-85, Revue des deux mondes, fév. 2011.

« L’Iliade d’Homère par la compagnie Démodocos », par Bernard Bénech (« La voix sacrée d’Homère »), Ph. B. (« Redire l’Iliade d’Homère »), Emmanuel Lascoux (« Reste le vers »), Guillaume Boussard (« L’Iliade, format paysage »), Patrick Thébaud (« Composer pour l’Iliade d’Homère »), François Cam (« Fragments épiques »), Ph. B. (« La composition de l’Iliade en 24 chants »), Pierre Fortassier (« Rigoureux parallélisme dans la composition de l’Iliade et de l’Odyssée »), dans le « Carrefour de la recherche », Cahier de Poétique n°11, 2006, Université Paris 8 (sur la publication orale de l’Iliade en 2005 à la Sorbonne et à Avignon », p.72-100.

« Une poétique monumentale. Les Psaumes et l’Iliade, traductions récentes », par Cyril Le Meur, Acta Fabula, Fabula.org, mis en ligne le 19 février 2012.

« Homère, L’Iliade, traduit du grec par Philippe Brunet », par Cristina Noacco und Adeline Grand-Clément, Anabases, 16, 2012, p.311-314, mis en ligne le 1er octobre 2012, http://anabases.revues.org/4023.

« Un saint chez Homère », par Michel Volkovitch, PAGES D’ÉCRITURE N°116, en mai 2013 ; sur le net : http://www.volkovitch.com/rub_carnet.asp?a=pe116

« L’Iliade, toujours recommencée », par Jean-Yves Masson, Magazine littéraire n°532, 23 mai 2013, p.14 (http://www.magazine-litteraire.com/mensuel/532/iliade-toujours-recommencee-23-05-2013-64193) [compte-rendu de la traduction de Jean-Louis Backès]

A paraître dans la revue Anabase : un dossier intitulé « Traduire Homère en hexamètres », auquel ont participé Agustin Garcia Calvo (traducteur de l’Iliade en espagnol), Daniele Ventre (traducteur de l’Iliade en italien), Rodney Merrill (traducteur, en anglais, des deux épopées), et aussi Cristina Noacco pour les expériences italiennes, Smaranda Badilita pour le roumain, Janika Päll pour l’estonien, Rodrigo Gonçalves pour le portugais du Brésil, Guillaume Boussard pour Lucrèce, Juliette Lormier pour les premières expériences métriques en français et Emmanuel Lascoux, explorateur de la voix grecque. Actes de la journée du 26 mars 2012 organisée dans le cadre du festival des Dionysies, Réfectoire des Cordeliers, avec l’aide du service culturel de l’université Paris-Sorbonne et la complicité de l’ERIAC (université de Rouen).

Relevé de quelques comptes-rendus dans la presse écrite et sur le web à propos de l’Iliade en hexamètres :

Livre-Hebdo (« Homère, toujours recommencé », Jean-Maurice de Montrémy, 7 octobre 2010), Le Monde (« Il faut lever le nez quand on traduit », Pierre Assouline, 22 oct. 2010), Télérama (« Chanter l’Iliade », M. Lecœur, 30 oct. 2010), Le Figaro (« Dans la peau d’un aède », Françoise d’Argent, 18 nov. 2010), La Croix (« Homère à pleine voix », Bruno Frappat, 9 déc. 2010), L’Express-L’Impartial (« L’Iliade retrouve son souffle épique », Jean Borel, 11 janv. 2011), Nouvel Observateur (« Homère comme on ne l’a jamais lu », Philippe Sollers, 27 janv. 2011, p.97-98), lalibre.be (« L’Iliade rendue à sa nature vocale », J. Franck, 31 janv. 2011), Ouest-France (« L’Iliade revient dans une version plus chantante », Alain Guyot, 15 fév. 2011), Le Point (« Un nouveau chant pour l’Iliade », Romain Brethes, 26 mai 2011), Le Point (« Les 20 poches qu’il faut lire cet été », Marine de Tilly 21 juin 2012), Le Monde (« Nouvelle Iliade », Nicolas Weill, 22 juin 2012 et mars 2013).